Glossaire

Ce glossaire a pour but de rendre accessible au plus grand nombre les contenus des articles présentés dans le site internet. Il propose la définition de termes techniques en lien avec l'eau et la biodiversité aquatique.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
  • Macrophyte

    Ensemble de végétaux aquatiques ou amphibiens visibles à l’œil nu ou vivant habituellement en colonies visibles à l’œil nu.
     


  • Maîtrise de l’eau

    Ensemble des techniques permettant de réguler les flux naturels d'eau (en excès ou insuffisance) et de mieux utiliser la ressource.
     


  • Manuel d'autosurveillance

    Le manuel d'autosurveillance est un document de référence imposé par la réglementation qui décrit toutes les actions liées à l'activité de surveillance en interne du système d'assainissement (transport, traitement des effluents et devenir des sous-produits d'épuration) d'une collectivité, en particulier : l'organisation, les méthodes d'analyses et d'exploitation, les organismes extérieurs à qui elle confie tout ou partie de la surveillance, la qualification des personnes associées à ce dispositif...
     


  • Marais

    Milieu humide de type intermédiaire, à la fois aquatique (de faible profondeur) et terrestre et caractérisé par des inondations saisonnières.
     


  • Mare

    Point d’eau dormante, le plus souvent autrefois créé par l’homme, par exemple pour faire boire les volailles ou le bétail. La mare peur être assimilée à un très petit étang.
     


  • Masse d’eau

    Portion de cours d'eau, canal, aquifère, plan d'eau ou zone côtière homogène. Il s'agit d'un découpage élémentaire des milieux aquatiques destinée à être l'unité d'évaluation de la DCE. Une masse de surface est une partie distincte et significative des eaux de surface, telles qu'un lac, un réservoir, une rivière, un fleuve ou un canal, une partie de rivière, de fleuve ou de canal, une eau de transition ou une portion d'eaux côtières. Pour les cours d'eau la délimitation des masses d'eau est basée principalement sur la taille du cours d'eau et la notion d'hydro-écorégion. Les masses d'eau sont regroupées en types homogènes qui servent de base à la définition de la notion de bon état. Une masse d'eau souterraine est un volume distinct d'eau souterraine à l'intérieur d'un ou de plusieurs aquifères.
     


  • Masse d’eau fortement modifiée

    Masse d’eau de surface ayant subi certaines altérations physiques dues à l’activité humaine et de ce fait fondamentalement modifiée quant à son caractère. Du fait de ces modifications la masse d’eau ne peut atteindre le bon état. Si les activités ne peuvent être remises en cause pour des raisons techniques ou économiques, la masse d’eau concernée peut être désignée comme fortement modifiée et les objectifs à atteindre sont alors ajustés : elle doit atteindre un bon potentiel écologique. L’objectif de bon état chimique reste valable, une masse d’eau ne peut être désignée comme fortement modifiée en raison de rejets polluants.
     


  • Matières azotées

    Pour les rivières, les matières azotées contribuent à la prolifération des végétaux et peuvent être toxiques pour les poissons (nitrites et ammoniac). Elles traduisent essentiellement l’impact des rejets de stations d’épuration domestiques ou des industries agroalimentaires et chimiques. Pour les eaux souterraines, la présence d’ammonium peut être liée à la réduction des nitrates mais en dehors de cette origine naturelle, il est d’origine agricole anthropique. Matière inhibitrice : désigne l'ensemble des polluants des eaux - minéraux et organiques - ayant une toxicité suffisante pour inhiber le développement et/ou l'activité des organismes aquatiques L'unité de mesure est l'équitox (eq) et le kiloéquitox (keq ou ket).
     


  • Matières en suspension (MES)

    Particules solides, minérales ou organiques, en suspension dans l'eau. L’eau apparaît trouble et colorée.
     


  • Matières organiques ou oxydables (MO)

    Désigne l’ensemble des matières organiques carbonées et azotées (substances d’origine biologique). Elles constituent l’essentiel de la partie biodégradable de la pollution organique rejetée. Pour les éliminer, les bactéries présentes dans le milieu utilisent l’oxygène dissous dans l’eau. Des déversements importants de matière organique peuvent entraîner des déficits notables en oxygène dissous, perturbant ainsi l’équilibre biologique de la rivière.
     


  • Méandre

    Courbe tracée dans le paysage par le lit d’un cours d’eau ; trajectoire sinueuse.
     


  • Mesures agri-environnementales

    Elles visent une meilleure prise en compte de l'environnement (protection des eaux, ...) dans les pratiques agricoles (limitation de l'utilisation des engrais et des pesticides, réduction des impacts des élevages, restauration des espaces naturels, …).
     


  • Métaux

    Naturellement présents dans le milieu sont aussi utilisés dans une large gamme d’activités industrielles.
     


  • Métox

    Paramètres établis par les agences de l'eau, afin de percevoir les redevances de pollution. Le METOX est calculé par la somme pondérée (exprimée en g/l) de huit métaux et métalloïdes, affectés des coefficients de pondération liés aux différences de toxicité des éléments : mercure 50, arsenic 10, plomb 10, cadmium 10, nickel 5, cuivre 5, chrome 1, zinc 1.
     


  • Microcentrale (hydroélectrique)

    Installation hydroélectrique transformant l'énergie hydraulique en énergie électrique dont la puissance varie de quelques kW à 4.500 kW (seuil de la concession avec décret en Conseil d’État). Le terme "micro" utilisé dans le langage courant ne permet pas de rendre compte de l'importance de l'unité de production (volume turbiné, hauteur de chute).
     


  • Microorganismes

    Organismes de taille microscopique (bactéries et champignons essentiellement) qui sont impliqués dans les processus de décomposition et de biodégradation.
     


  • Micropolluant

    Produit actif minéral ou organique susceptible d'avoir une action toxique à des concentrations infimes (de l'ordre du µg/l ou moins).
     


  • Milieu

    Terme général peu précis scientifiquement, utilisé pour désigner un ensemble présentant des conditions de vie particulières : milieu aquatique, milieu fluvial, milieu estuarien, milieu lacustre, milieu terrestre (forestier, montagnard,...),...
     


  • Milieu lentique

    ou écosystème lentique, qualifie l'ensemble des eaux douces à circulations lentes ou nulles (étangs, lacs, mares, fossés, rizières, ...) et s'oppose à un milieu lotique caractérisé, lui, par une circulation rapide de l'eau
     


  • Milieux annexes

    Voir "annexes fluviales".
     


  • Milieux aquatiques

    Voir écosystème et milieu
     


  • Minéralisation

    Dégradation physique ou chimique d'une substance qui conduit à sa simplification en substances minérales (H2O, CO2, CH4).
     


  • Montaison

    Action de remonter un cours d’eau pour un poisson migrateur afin de rejoindre son lieu de reproduction ou de croissance.
     


  • Morphodynamique

    Étude des rapports entre :
    - les forces,
    - les mouvements,
    - les formes.


  • Morphogène

    Se dit d'une crue à l'origine d'une évolution géomorphologique notable de la rivière, ses caractéristiques physiques (débit, vitesse, etc.) expliquant des phénomènes importants de reprise d'érosion. Les crues morphogènes sont généralement les crues de "plein bord" avant débordement (fréquence moyenne : 2 ans).