Glossaire

Ce glossaire a pour but de rendre accessible au plus grand nombre les contenus des articles présentés dans le site internet. Il propose la définition de termes techniques en lien avec l'eau et la biodiversité aquatique.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
  • Eau alcaline

    Eau dont le pH est supérieur à 7.
     


  • Eau artésienne

    Eau souterraine qui, en raison de la pression à laquelle elle est soumise, est capable d'émerger dans une formation géologique imperméable qui est superposée à une formation aquifère (voir puits artésien).
     


  • Eau atmosphérique

    Eau qui est présente dans l'atmosphère terrestre, quel que soit son état (solide, liquide ou gazeux).
     


  • Eau blanche

    Eau résiduaire d'une usine de pâtes et papiers.
     


  • Eau brute

    Toute eau qui doit être épurée ou purifiée.
     


  • Eau capillaire ou eau de rétention capillaire

    Eau contenue dans les pores les plus fins du sol, retenue par les forces capillaires.
     


  • Eau connée

    Eau emprisonnée dans les pores d'une roche au moment de sa formation.
     


  • Eau continentale

    Partie de l'hydrosphère constituée par les eaux de surface et les eaux souterraines.
    Eau côtières
    Eaux de surface situées entre la ligne de base servant pour la mesure de la largeur des eaux territoriales et une distance d'un mille marin.
     


  • Eau d'irrigation

    Eau apportée aux sols ou aux supports de culture des plantes dans le but d'accroître leur humidité et de fournir l'eau nécessaire à la croissance normale des plantes et/ou d'éviter l'accumulation d'un excédent de sels dans le sol (voir irrigation)


  • Eau de diaclase ou eau interstitielle

    Eau contenue dans les fissures de la roche.
     


  • Eau de distribution

    Eau qui provient d'une usine de traitement de l’eau potable, ou d'un captage d'eau de source ou d'eau souterraine et qui passe dans le réseau de distribution ou dans un réservoir de stockage (château d’eau par exemple).
     


  • Eau de fond

    Eau de mer dense formée en surface par le refroidissement des eaux superficielles dans les régions polaires et plongeant jusqu'aux profondeurs abyssales.
     


  • Eau de fonte

    Eau résultant de la fusion de la glace.


  • Eau de mer ou eau marine

    Eau des océans et des mers, caractérisée par une salinité et une densité plus élevées que celles de l'eau douce.
     


  • Eau de métamorphisme

    Eau expulsée des roches par le métamorphisme.
     


  • Eau de pluie ou eau pluviale

    Eau provenant des précipitations atmosphériques et qui ne s'est pas encore chargée de substances solubles provenant de la terre.
     


  • Eau de refroidissement

    Eau utilisée pour absorber et transférer la chaleur, notamment dans les chaînes de fabrication industrielles.
     


  • Eau de rétention

    Dans un sol engorgé d'eau, partie de l'eau qui est retenue dans les interstices.
     


  • Eau de ruissellement ou eau pluviale d'orage

    Partie des précipitations ou de l'eau de fusion nivale qui s'écoule rapidement à la surface du sol et des versants.
     


  • Eau de saturation

    Terme désignant l'eau qui comble les interstices de la roche ou du sol.
     


  • Eau de source

    Eau souterraine qui émerge à la surface du sol.
     


  • Eau disponible

    Quantité d'eau que renferme un sol et qui peut être absorbée par les végétaux.
     


  • Eau dormante ou eau calme, eau tranquille

    Toute étendue d'eau qui ne présente aucun écoulement.
     


  • Eau douce

    Eau ayant une faible teneur en ions de calcium et magnésium. Eau qui renferme peu de sel ou pas du tout.
     


  • Eau du sol

    Terme générique désignant l'ensemble des eaux que renferme un sol (eau capillaire, eau hygroscopique, etc.).
     


  • Eau dure ou eau calcaire

    Eau ayant une teneur élevée en ions calcium et magnésium
     


  • Eau dystrophique

    Eau pauvre en substances nutritives et contenant une grande quantité de substances humiques.
     


  • Eau fossile

    Eau emprisonnée dans des roches sédimentaires au moment de leur formation.
     


  • Eau gravitaire ou eau libre ou eau de gravitation

    Eau qui s'infiltre dans le sol et y circule librement sous l'action de la gravité
     


  • Eau hygroscopique ou eau pelliculaire

    Eau absorbée par le sol aux dépens de l'humidité atmosphérique et formant une pellicule autour des particules solides du sol. Les végétaux ne peuvent l'absorber.
     


  • Eau interstitielle

    Eau emprisonnée dans les interstices des roches.
     


  • Eau juvénile

    Eau provenant des régions profondes de la Terre et non des précipitations ou de la condensation.
     


  • Eau libre

    1. En glaciologie marine, vaste étendue d'eau presque entièrement libre de glace (concentration inférieure à 1/10).
    2. En hydrologie, synonyme d'eau gravitaire.


  • Eau lourde ou. oxyde de deutérium

    Composé chimique de formule D2O incolore, inodore et insipide. L'eau lourde a une densité de 1,106, un point d'ébullition de 101,42 et un point de condensation de 3,82°C.
     


  • Eau magmatique

    Eau des grandes profondeurs amenée en surface par les roches magmatiques.
     


  • Eau minérale

    Le Codex Alimentarius de la FAO, qui sert de référence entre États, stipule que les eaux minérales naturelles sont celles qui sont directement extraites du sol, mises en bouteille à proximité de la source, de composition stable et ayant subi un traitement minimal. Sont donc exclues les eaux minéralisées ou gazéifiées artificiellement, les eaux médicinales ou aux effets médicamenteux ou les eaux simplement mises en bouteille.
     


  • Eau naturelle

    Eau dont les caractères n'ont pas été altérés par l'activité humaine.
     


  • Eau océanique

    Eau de mer dont les caractères ne sont plus influencés par la proximité des continents et dont la salinité se situe entre 30 et 40 %.
     


  • Eau pluviale acide (ou pluies acides)

    Eau pluviale de pH inférieur à 5


  • Eau potable

    Eau propre à la consommation, ne devant contenir aucun germe pathogène. L’eau prélevée directement dans le sol ne peut pas toujours être bue telle que. Elle doit être contrôlée et éventuellement purifiée avant d’être distribuée chez l’usager. Ses caractéristiques sont définies par une directive européenne, reprise en droit français.
     


  • Eau régénérée

    Quantité d'eau qui vient s'ajouter aux réserves naturelles grâce aux phénomènes géologiques de métamorphisme et de compression.


  • Eau salée ou eau saline

    Eau dans laquelle la teneur en sels dissous se situe entre 10 000 et 33 000 mg/l.
     


  • Eau souterraine

    Eau qui se trouve au-dessous de la surface du sol. Elle représente environ 30% des ressources en eau douce de la planète.
     


  • Eau stagnante

    Masse d'eau de surface au sein de laquelle il y a peu ou pas de courant et dans laquelle des changements de qualité défavorable peuvent survenir après une longue période de temps.


  • Eau thermale

    Eau de source ayant une température élevée.
     


  • Eau virtuelle

    L'eau virtuelle est celle que l'on économise en important des biens dont la production exige une grande quantité d'eau. Importer une tonne de viande de bœuf plutôt que de la produire chez soi équivaut à économiser 20 000 mètres cubes d'eau. (source: Courrier de l'Unesco, février 1999/02/23)
     


  • Eaux claires parasites

    Eaux drainées par les sols et pénétrant dans les réseaux d'assainissement, quand ils ne sont pas étanches.
     


  • Eaux courantes ou eaux lotiques

    Eaux des ruisseaux, des rivières et des fleuves.
     


  • Eaux d'égout

    Eaux résiduaires ménagères, autres que les eaux résiduaires fécales et urinaires secteur:
     


  • Eaux d'égout brutes

    Eaux d'égout qui n'ont encore jamais été traitées.
     


  • Eaux de baignade

    Eaux ou parties de celles-ci (zone d'un plan d'eau,...), douces, courantes ou stagnantes, ainsi que l'eau de mer, dans lesquelles la baignade est : - soit expressément autorisée par les autorités compétente dans la mesure où elles satisfont à des normes européennes, - soit n'est pas interdite et habituellement pratiquée par un nombre important de baigneurs. La surveillance sanitaire des eaux de baignade est réalisée par les DDASS.
     


  • Eaux de lessivage

    Eaux qui sont passées à travers des décharges ou d'autres matières perméables spécifiées.
     


  • Eaux de surface ou eaux superficielles

    Ensemble des eaux courantes ou stagnantes à la surface du globe terrestre.
     


  • Eaux intérieures (définition de la DCE)

    Toutes les eaux stagnantes et courantes à la surface du sol ainsi que toutes les eaux souterraines, et ceci en amont de la ligne de base servant pour la délimitation des eaux territoriales.


  • Eaux ménagères ou eaux domestiques ou eaux grises

    Ensemble des eaux de cuisine, de lessive, …
     


  • Eaux noires ou eaux usées sanitaires

    Eaux usées et excréments des cabinets d'aisance, à l'exclusion des eaux usées des baignoires, des douches, lavabos et des éviers.
     


  • Eaux résiduaires industrielles ou eaux résiduaires

    Eaux chargées de déchets et de résidus provenant des établissements industriels. secteur: traitement des eaux
     


  • Eaux rouges

    Phénomène que l'on peut observer dans les estuaires ou dans les eaux marines peu profondes et proches des côtes, provoqué par une prolifération massive ou par un rassemblement surabondant d'organismes le plus souvent unicellulaires. Leur densité est telle que leur pigmentation propre modifie la coloration de l'eau de mer.
     


  • Eaux territoriales

    Les eaux territoriales (largeur maximale : 12 milles marins soit 22,2 km à partir de la ligne de base) sont définies comme la zone de mer adjacente sur laquelle s'exerce la souveraineté de l’État côtier au-delà de son territoire et de ses eaux intérieures.
     


  • Eaux usées (ou eaux résiduaires)

    Eaux ayant été utilisées par l'homme. On distingue généralement les eaux usées d'origine domestique, industrielle ou agricole. Ces eaux sont rejetées dans le milieu naturel directement ou par l'intermédiaire de systèmes de collecte avec ou sans traitement.
     


  • Échelle à poissons

    Dispositif destiné à permettre le franchissement d'un ouvrage hydraulique par les poissons migrateurs*, principalement de l'aval vers l'amont ; on parle aussi de passe à poissons pour désigner un aménagement adapté à certaines espèces exigeantes ou à plusieurs types de comportement migratoire.
     


  • Éclusée

    Volume d'eau lâché à partir d'un ouvrage hydraulique (ouverture d'une porte d'écluse, turbinage d'eau stockée dans un barrage réservoir...) et se traduisant par des variations de débits brusques et artificielles.
     


  • Écologie

    Science qui étudie les relations des êtres vivants entre eux et avec leur milieu.
     


  • Écosystème

    Un écosystème est constitué par l'association dynamique de deux composantes en constante interaction : - un environnement physico-chimique, géologique, climatique ayant une dimension spatio-temporelle définie : le biotope, - un ensemble d'êtres vivants caractéristiques : la biocénose. L'écosystème est une unité fonctionnelle de base en écologie qui évolue en permanence de manière autonome au travers des flux d'énergie. L'écosystème aquatique est généralement décrit par les êtres vivants qui en font partie, la nature du lit, des berges, les caractéristiques du bassin versant, le régime hydraulique, la physicochimie de l'eau... et les interrelations qui lient ces différents éléments entre eux
     


  • Epandage d'effluents

    Un épandage d’effluents est une technique agricole qui consiste à les répandre sur le sol pour le fertiliser et utiliser sa capacité épuratoire.
     


  • Erosion

    L’érosion est une altération des sols par les agents atmosphériques, hydrologiques, ou par l'action de l'homme. Le travail du sol et la diminution du taux de matière organique sont des facteurs d’aggravation de l’érosion.
     


  • Etiage

    L’étiage est une période de l’année pendant laquelle le niveau d’eau des rivières, cours d’eau, est le plus bas.
     


  • Eutrophisation

    Enrichissement d'une eau en sels minéraux (nitrates et phosphates, notamment), entraînant des déséquilibres écologiques tels que la prolifération de la végétation aquatique ou l'appauvrissement du milieu en oxygène. Ce processus, naturel, ou artificiel (dans ce cas, on parle aussi de dystrophisation), peut concerner les lacs, les étangs, certaines rivières et les eaux littorales peu profondes.